Les Seigneurs du Rail

Höchste Eisenbahn . Lords of the Railway . Señores del Ferrocarril

Des hommes et leurs hobbys . Pour les enfants à partir de 6 ans et les adultes

Une production de Theater Handgemenge: Peter Müller et Pierre Schäfer

Création

Une coproduction avec le Hans Otto Theater Potsdam et FITs Stuttgart

Dirk et Uwe travaillent inlassablement au perfectionnement de leurs trains éléctriques à l'échelle 1:22.5 et ce faisant racontent une histoire de Hans Fallada où un petit malheur fait de grands bonheurs...

Une production de Theater Handgemenge: Peter Müller et Pierre Schäfer

Idée: Peter Müller
Mise en scène : équipe de production
Directeur : Markus Joss
Scène: Christian Werdin
Lumière . Son : Peter Müller
Récit : Hans Fallada

La machine et le toutou

MICHEL BÉLAIR

Le théâtre jeunes publics prend décidément tous les visages. Dans la petite salle de l'Usine C, hier matin, il ressemblait à deux grands enfants attardés jouant avec leur train électrique: Peter Mueller et Pierre Schaeffer, du Théâtre Handgemenge de Berlin. Le Lords of the Railway que propose ce collectif allemand spécialisé dans le spectacle de marionnettes s'adresse aux enfants de six ou sept ans. On n'y verra pas de marionnettes mais une histoire finalement toute simple où un train électrique et tous les accessoires qui vont avec: pont, gares, lampadaires, maisons, etc. - est en quelque sorte le personnage principal. Tout tourne autour de lui avec une précision maniaque jusque dans ses moindres détails.

On verra d'abord deux hommes, Uwe et Dirk, enfermés dans une sorte de bulle dont on devine qu'elle ne date pas d'hier. Réunis par cette passion commune qu'ils éprouvent pour les trains électriques, ils se racontent des histoires qui tournent toutes autour de leur magnifique machine. Avec tout plein de petits objets accessoires réalisés à l'échelle 1/22,5 qu'ils s'amusent à placer partout en faisant naître des paysages bucoliques ou carrément urbains. (Bon.) C'est dans ce contexte qu'on verra germer l'histoire de Thomas, un petit garçon qui revient à la maison, en train évidemment, et qui se rend compte qu'il a laissé son toutou préféré dans un wagon. Drame. Le père devra se rendre jusqu'à Berlin pour réussir, difficilement, à trouver un chien en peluche identique à celui du petit Thomas. (Fiou!) Sauf qu'au retour, il sera forcé de refiler le fameux toutou à un enfant pleurnichard rencontré à bord du train. La mort dans l'âme, il s'apprête à annoncer la mauvaise nouvelle à Thomas quand le premier toutou retontit. (Tadam!) Et tout est bien qui finit bien.

VOTE DE LA COMMISSION DE SÉLECTION (Festival Augenblickmal Berlin)

Ici, le hobby devient une fête et les hommes deviennent des acteurs : Dirk et Uwe sont perfectionnistes. Le maniement du chemin de fer miniature est soumis à des rituels stricts et doit également être amusant - l'essentiel est que tout reste sous contrôle ! Chaque aiguillage peut devenir une pierre de touche de l'amitié, mais vous vous connaissez et chaque train connaît sa voie.

Ce mélange de pédanterie et de plaisir malicieux ne recherche pas superficiellement la proximité de son public, les personnages sont avant tout ce qu'ils sont : Friemler et les héros à la pointe de la main. Cependant, la mise en scène développe une comédie primordiale sur le timing filigrane de chaque geste, de chaque mot, qui ne se fait jamais au détriment des personnages, au contraire, elle leur inspire constamment de nouvelles sympathies.
Le trafic ronronne, Uwe et Dirk s'aventurent maintenant dans le transport de passagers. Thomas entre dans la gare miniature, avec sa tante Kunjä et Hoppelpoppel. Mais dans la nouvelle "petite maison" où son père l'attend, Hoppelpoppel n'est plus là ! Oublié dans le train (de Dirk ! ou Uwe ?). Voyage seul vers Varsovie. Thomas ne dormira probablement plus jamais. Berlin doit la sauver. Le père sort pour acheter un nouveau Hoppelpoppel.

Le caractère dramatique croissant de leur histoire les pousse tous les deux à se lancer dans une danse ronde virtuose des arts de la scène. La matière, l'homme et les machines revendiquent un véritable cosmos de la vie urbaine. Peter Müller et Pierre Schäfer réussissent avec un grand savoir-faire à combiner, apparemment sans effort, marionnettes dramatiques, animation matérielle et niveaux de commentaires pour créer une forme de théâtre narratif au rythme rapide qui laisse soigneusement la place au public.

Au point culminant de l'action, Uwe enfreint les règles du jeu. Au lieu d'apporter à Thomas le peuplier sauteur laborieusement conquis, le père d'Uwe le donne à un petit amoureux du peuplier sauteur dans le train. "Explique ça à Thomas !" Dirk est en colère et Uwe est au bord des larmes. Au moment où le père d'Uwe s'approche de la petite maison avec la triste nouvelle, celle-ci s'enflamme et un train de l'Est approche. Dirk joue à nouveau le jeu et le petit malheur se transforme en grand bonheur ! La fusion des deux niveaux de représentation est réussie et l'histoire en finale.

Il est bien connu que les chevaux de loisir, de préférence ceux des hommes, ont tendance à développer une vie propre et que les participants construisent leur propre petit contre-monde dans la cave de loisir. La chance de donner à ce contre-monde une touche de réalité dans l'"acte de création" des constructeurs de coqs de fer miniatures est utilisée de la manière la plus excellente dans cette production.

Durée : env. 70 min.
Max. Nombre de spectateurs 100-300

Possibilité de 2 représentations par jour avec un intervalle minimum de 2 heures
Tout public à partir de 6-8 ans et adultes

conditions techniques :
6x6m, mais au moins 5x5m de surface de jeu
Hauteur de la pièce min. 2,80m, mieux vaut plus haut
des rangées de sièges ascendantes, avec une légère inclinaison de 0,50 m de hauteur de la plate-forme de la scène
max : 200 spectateurs à partir de 6 ans, ou 300 pour les adultes
Matériel d'éclairage requis par l'organisateur
Pour plus de détails, voir les conditions techniques

Langues : Allemand . Anglais . Sous-titres français . Traduction simultanée possible

Menu Technologique / Téléchargements

Exemple de musique

Photos: Jörg Metzner

Prix

2002-2003
"Höchste Eisenbahn" est l'une des 10 productions exceptionnelles de toute l'Allemagne sur 420 représentations considérées et obtient la nomination pour le "Traumspiele" 2002

Le "Höchste Eisenbahn" est nominé pour la 7ème rencontre allemande du théâtre pour l'enfance et la jeunesse
"Attendez une minute" à Berlin

Février 2005
Prix des Régionales à Momix 2005

Août 2005
Le Theater Handgemenge représente l'Allemagne avec la production "Höchste Eisenbahn" au "Festival des arts du théâtre pour enfants et adolescents de l'UE 2005 dans le cadre d'une tournée verticale au Japon" et "L'Allemagne au Japon 2005/2006" à Tokyo, Kagoshima, Okinawa et Tottori

Octobre 2005
Spectacles invités en Irlande au Festival de Dublin, à Galway et à Castlebar

représentations invitées avec cette production jusqu'à présent en : France, Hongrie, Pologne, Suisse, Autriche, Serbie, Ecosse, Angleterre, Canada, Japon, Irlande

Merci à Ernst Paul Lehmann Patentwerk Nürnberg . Deutsch Bahn AG